Chopin, Mazurkas par Fou T'song

    16,50 € 16,50 € 16.5 EUR

    13,75 €

    Cette combinaison n'existe pas.

    Ajouter au panier


    Conditions générales
    Expédition sous deux à trois jours ouvrés


    Premier pianiste chinois à s'être imposé sur la scène internationale, Fou Ts'ong s'est éteint à Londres le 28 décembre, à l'âge de 86 ans, des suites du Covid-19.

    « 1955, concours Chopin de Varsovie. Un jury particulièrement relevé (Lutoslawski, Michelangeli, Askenaze, Tagliaferro, Zak...) récompense cette année-là le local de l'étape, Adam Harasiewicz. Si Vladimir Ashkenazy remporte le 2e Prix, un jeune musicien chinois créé l'événement en décrochant le 3e Prix et le Prix de la meilleure interprétation des Mazurkas : Fou Ts'ong devient ainsi le premier pianiste asiatique à inscrire son nom au palmarès de cette compétition prestigieuse.

    Il était très lié à Martha Argerich. En 1965, interrogée sur la manière dont elle avait appris les Mazurkas (dont elle venait à son tour de remporter le prix de la meilleure interprétation au concours Chopin), la pianiste argentine répondait : « d'après l59es enregistrements réalisés par le pianiste chinois Fou Ts'ong !»

    -Diapason

     

    Lorsque l’Institut Chopin de Varsovie songea à enregistrer les œuvres du compositeur de la Polonaise “Héroïque” sur des pianos historiques, les directeurs de l’institution sollicitèrent Fou Ts’ong. Il fallait bien des connaisseurs aiguisés de la discographie chopinienne pour se souvenir que ce pianiste trop discret avait signé pour Sony une anthologie où la poésie le disputait à la grâce. Mais Fou Ts’ong voudrait-il se risquer à toucher cet Erard sorti des ateliers du facteur parisien en 1849, l’année même de la mort de Chopin ?

    L’intéressé répondit du tac au tac oui, à condition que ce fut un disque de Mazurkas, dont l’ordonnancement serait laissé à sa fantaisie. Après tout, ce sont ses interprétations des Mazurkas qui lui avaient valu en 1955 de remporter le Troisième Prix du Concours Chopin.

    Du 14 au 17 mars 2005, il confia au micro seize Mazurkas qui semblent comme improvisées, mais l’ordonnancement qu’il en propose, les enchaînements de tonalités, les rapports de couleurs et d’humeurs font un voyage dans l’âme de Chopin. Vocales, chantées plutôt que dansées, avec un éventail de coloris et d’émotions qui dépasse la simple science pianistique, elles résument à la fois l’art du compositeur et celui du pianiste, avec une touche lyrique singulière que seul Iddo Bar-Shai a pu retrouver dans la jeune génération.

    L’art de Fou Ts’ong, emporté par la pandémie, nous reste tout entier enclos dans ce disque miraculeux qui fut l’amorce d’un projet que l’éditeur a depuis mené à son terme : tout le piano de Chopin, enregistré sur des instruments qu’il aurait pu toucher. ARTAMAG' - avril 2021

    Détails

    Informations sur l'article

    GTIN13

     5907690736019

    Format

     CD 

     

     

    Référence

     NIFCCD001    

    Label

     Institut Frédéric Chopin