Nadia Boulanger (1928-2020) - Icon: The American Decca Recordings

    38,90 € 38,90 € 38.9 EUR

    32,42 €

    Cette combinaison n'existe pas.

    Ajouter au panier


    Conditions générales
    Expédition sous deux à trois jours ouvrés


    Voici bien trente ans, alors que je traquais chez les disquaires de New York les Decca américains de Nadia Boulanger, je n’aurai jamais pensé les voir un jour édités en CD. C’était sans compter sur le fait que l’apparition de ce nouveau support allait entraîner la renaissance d’un goût prononcé pour les archives, qui fleurirait aux quatre coins de la planète.

     

    Des antipodes me parvient aujourd’hui ce coffret parfait dont je n’aurai jamais osé rêver, fruit de la collaboration éclairée de Chris Bernauer et de Cyrus Meher-Homji. Tout ce que Nadia Boulanger et sa surprenante équipe de gosiers auront gravé pour Decca y est assemblé, rendu avec exactitude par un remastering éclairé.

    J’écoute immédiatement Le Chant des oiseaux, retrouvant intact le fabuleux babil que sa petite troupe tisse autour du ténor clairon d’Hugues Cuénod, un des autres héros de cette malle aux trésors. Eh bien, ce Chant des oiseaux ne pâlit en rien devant celui de Dominique Visse et de ses amis de l’Ensemble Clément Janequin, c’est dire si avant tant d’autres, Nadia Boulanger avait pressenti comment restituer l’imaginaire de toutes ces musiques perdues.

    Les pages des grandes tragédies lyriques de Rameau, la vaste sélection de la Médée de Charpentier – Irma Kolassi incarne la Magicienne – avouent leur époque, mais quelle puissance dramatique dans tout cela, comme dans l’album des Madrigaux de Monteverdi !

    Et si vous croyez que Nadia Boulanger ne fut qu’un maître sévère, écoutez avec quelle fantaisie elle emporte avec Jean Françaix les Neue Liebesliederwalzer de Brahms !

    Puisque Cyrus Meher-Homji se tourne vers les pionniers de la musique, qu’il nous rende l’impressionnant legs de Ruggero Gerlin, claveciniste génial, qui grava pour L’Oiseau-Lyre, entre autres, tout Rameau et tout Couperin, tenant son art de Wanda Landowska.