Orchid Big Band, Eclosion

    11,90 € 11,90 € 11.9 EUR

    9,92 €

    Cette combinaison n'existe pas.

    Ajouter au panier


    Conditions générales
    Expédition sous deux à trois jours ouvrés


    1. Orchid overture (Clément Simon)                          

    2. Masque et tuba (Thomas Julienne)                          

    3. Traversée du désert et sa tempête (Jeanne Michard)

    4. La machine d’Anticythère (Julien Dubois)                          

    5. We miss the forest café, interlude improvisé (Clément Simon) 

    6. Jokari (Clément Simon)

    7. Interstellar (Thomas Julienne) 

    8. Surfin’ (Sébastien Llado)

    9. Petite nuit (Maxime Berton)

    10. Nature abstraction 1 : Matin calme (Julien Dubois)

     

    Saxophones

    Olga Amelchenko, Julien Dubois, Maxime Berton, Jeanne Michard, Nora Kamm

    Trompettes

    Gabriel Levasseur, Olivier Gay, Laure Fréjacques, Julie Varlet

    Trombone

    Sébastien Arruti, Gabrielle Rachel, Rozann Bézier, Sébastien Llado

    Guitare

    Mathilda Haynes

    Piano

    Clément Simon

    Contrebasse

    Nolwenn Leizour

    Batterie

    Gaétan Diaz

    Flûte (invitée)

    Amina Mezaache

    Direction

    Thomas Julienne

     

    Emanation du collectif de jazz parisiano-aquitain Déluge, l’Orchid Big Band est un grand ensemble moderne, qui puise à la source des big bands de jazz de la grande époque mais aussi de la musique savante européenne, des musiques du monde et même de ses homologues américains (Maria Schneider, Kenny Wheeler), jusqu’à la musique d’aujourd’hui. Cette formation jeune et paritaire rassemble 18 musicien·ne·s passionné·e·s par le jeu en groupe et la musique originale. Portée par l’enthousiasme de ses membres, elle déploie une énergie rare en concert, de paysages oniriques en tuttis enfiévrés.

     

    Un programme aux esthétiques variées, tantôt introspectif, dansant voire franchement épique. Toute l’énergie et la folie de l’Orchid dans une heure de musique. Entre une traversée du désert, une équipée interstellaire et une pause café forestière, l’auditeur est prié d’embarquer pour un voyage aux confins du jazz orchestra