Lettre d'informations

Labels

Nouveaux produits

Attaingnant Pierre / Auprès De Vous Pièces Pour Clavecin

ECL1301

Nouveau produit

« Auprès de vous », pièces de claviers

 

Pierre Gallon, claviorganum et virginal

Freddy Eichelberger, clavecin, Thomas Dunford, luth

 

A la découverte des premières pièces pour clavier éditées à Paris sous le règne de François Ier.

Plus de détails

21 Produits

11,58 € TTC

Fiche technique

SupportCD

En savoir plus

Paris, Quartier Saint Germain, printemps 1531.

Dans les ateliers de Pierre Attaingnant, situés en la rue de la Harpe, près l’église Saint-Cosme, la tension est palpable. Le premier imprimeur de musique en France s’apprête à sortir de la presse un nouveau recueil de pièces pour clavier, Le tout reduict en la tablature D’orgues, Espinettes et Manicordions, dernier d’une série de sept livres, tous publiés entre janvier et avril de cette même année : l’hiver a été laborieux ! Cette série distingue trois genres : le contrepoint sacré, la chanson diminuée et enfin la musique de danse. Le présent programme sera surtout consacré aux deux derniers. Les danseries rassemblent des pavanes, des gaillardes mais aussi des basses-danses et des branles, soit les quatre danses les plus répandues et pratiquées à la cour des Valois. Les livres de chansons quant à eux reprennent des pièces polyphoniques de compositeurs contemporains tels Janequin, Sermisy ou Willaert. De quelle main ces pièces sont-elles nées ? Attaingnant oublie de nous le préciser. Il est probable que plusieurs musiciens ont collaboré à cette publication, peut-être les organistes des paroisses Saint-Côme-Saint-Damien ou Saint-André des Arts, qu’Attaingnant fréquentait. Quoi qu’il en soit, les sept livres s’écoulèrent en très peu de temps, si bien qu’à la fin du siècle un libraire déclare «introuvables» les tablatures de 1531 et qu’en 1623, l’organiste Jehan Titelouze écrivait qu’il était «hors de souvenance des hommes» qu’on ait jamais, en France, imprimé de tablatures pour clavier.Puisse donc ce programme faire revivre ces pièces si vite tombées dans l’oubli, elles qui posèrent certains fondements de l’école française de clavier.