Promotions

Lettre d'informations

Labels

Nouveaux produits

Albinoni Tomaso / Sonates Pour Violon Agrandir l'image

Tomaso Albinoni / Sonates Pour Violon

ECL1102

Nouveau produit

Sonates pour violon (Sonates Op. 6 – II, VI, X; Sonates IV (1717); Sonate « Per il Signor

Pisendel »

 

Guillaume Rebinguet-Sudre, violon

Claire Gratton, violoncelle, Jean-Luc Ho, clavecin

Plus de détails

5 Produits

11,58 € TTC

Fiche technique

SupportCD

En savoir plus

Cet enregistrement propose une sélection de sonates pour violon et basse continue reflétant la personnalité si singulière de Tomaso Albinoni (1671-1751). Très minérales dans l’architecture structurelle, ses œuvres raffinées laissent s'épancher de séduisantes lignes mélodiques, fluides et imprévisibles. Une belle représentation en musique de Venise au début du XVIIIe...

 

Vénitien d’origine, Albinoni publie son premier recueil de sonates pour violon en 1708. A la différence de nombreux compositeurs de son époque, il écrit pour son plaisir, et non sur commande, grâce aux revenus générés par une fabrique familiale de cartes à jouer. Sa renommée dépasse rapidement les frontières. Il voyage en Europe, dédie une sonate à Pisendel, violoniste allemand virtuose, préfigurant Beethoven qui fera de même avec Kreutzer. JS. Bach lui-même s’inspire des œuvres du compositeur vénitien et enseigne la basse continue à ses élèves sur ses mélodies. Albinoni nous laisse de nombreuses oeuvres de musique de chambre, principalement pour le violon. Malheureusement, la majorité de ses partitions d’opéras disparaît à Dresde lors de la deuxième guerre mondiale.

 

Musicien célèbre «malgré lui» et dont les compositions originales restent paradoxalement peu connues, Albinoni laisse une œuvre consacrée à la recherche d’un langage musical épuré particulièrement expressif. Son écriture possède une élégance et une allure toutes «classiques», associées à une puissante expression lyrique, dépassant la simple virtuosité.

 

Pour restituer au mieux l’univers musical et sonore d’Albinoni, Guillaume Rebinguet-Sudre a collaboré étroitement avec le luthier Christian Rault qui a réalisé un instrument typique de la facture vénitienne de l’époque, inspiré par un Montagnana de 1717.

 

Dans la presse :

«Disciple d’Hélène Schmitt, Guillaume Rebinguet-Sudre a hérité d’elle une sonorité somptueuse et un art admirable de l’ornementation. Se jouant avec une apparente facilité des allegros, il insuffle aux mouvements lents une intense dimension poétique. (..) Belle réussite et programme intéressant où l'on retrouve la Sonate en si bémol dédiée à Pisendel et celle en la mineur que Bach appréciait.» Philippe Ramin, Diapason

 

 

«(La) forte personnalité (de Guillaume Rebinguet-Sudre), sa parfaite connaissance du style et son imagination musicale rendront justice à des œuvres qu'il décrit comme minérales dans l'architecture et fluides dans les lignes mélodiques : une veduta musicale de Venise en somme». François Clairant, Sud Ouest