Promotions

Lettre d'informations

Labels

Nouveaux produits

Michel Lambert / Leçons des ténèbres / Monique Zanetti, Ensemble Les Temps Présents Agrandir l'image

Michel Lambert / Leçons de ténèbres / Monique Zanetti, Ensemble Les Temps Présents

AE10113

Nouveau produit

Michel Lambert (1610-1696)

Etienne Richard (1621-1669)

Louis Couperin (1626-1661)

Monique Zanetti, soprano

Ensemble Les Temps Présents

Plus de détails

72 Produits

16,50 € TTC

Fiche technique

SupportCD

En savoir plus

Michel Lambert (1610-1696)

Première Leçon du Mercredi Saint

Deuxième Leçon du Mercredi Saint

Troisième Leçon du Mercredi Saint

Etienne Richard (1621-1669)

Allemande en sol m.

Louis Couperin (1626-1661)

Psaume VM 7.675

Symphonie en sol

Psaume VM 675

 

Monique Zanetti, soprano

Ensemble Les Temps Présents

Si les leçons de Cambefort évoquées par Loret en 1661 semblent irrémédiablement perdues, l’on associe traditionnellement aux Ténèbres de 1662-1663 le premier des deux cycles complets (soient 18 leçons) que nous a laissés Michel Lambert, dont on entend ici les trois leçons du mercredi saint (ou premier jour). Leur style très mélismatique correspond en effet à ce qui fit la notoriété du compositeur dès la publication de ses premiers Airs gravés (Paris, Charles de Sercy, 1660), à une ou deux voix seules et basse continue, augmentés de ces fameux « doubles » ornés si caractéristiques de l’art vocal français du temps.

Né en 1610 à Champigny-sur-Veude, entre Touraine et Poitou, formé au sein de la Musique du frère du roi, Gaston d’Orléans, Michel Lambert était depuis les dernières années du règne de Louis XIII un maître de chant recherché. Nommé maître de la Musique de la Chambre du roi en 1661, il fut l’artisan indispensable des fêtes de la cour, fournissant la plupart des récits des ballets royaux dansés par ou devant Louis XIV. Chanteur, théorbiste, familier des salons mondains, il fut l’ami des poètes galants du temps dont il mit en musique les poésies dans ses « airs sérieux », genre vocal raffiné qui dominait alors le paysage musical profane et dont il fut vite reconnu comme l’un des grands maîtres. Dans le sillage de son maître Pierre de Nyert, il s’illustra particulièrement dans cet art subtil qui consistait à agrémenter les airs d’une ornementation foisonnante mais toujours élégante et raffinée, constamment soumise aux exigences sémantiques et prosodiques du texte. Basé sur un riche langage ornemental chargé de tremblements, cadences, passages, « coulements », ports-de-voix et autres « avant-sons », cet « art de bien chanter » fut théorisé par Marin Mersenne, Bertrand de Bacilly ou encore Jean Millet, « chanoine surchantre » de la cathédrale de Besançon qui, à travers les airs et motets pris comme exemples de sa Belle méthode (1666), montre qu’il s’appliquait tant au chant profane que religieux. Toute l’œuvre de Lambert, ses très nombreux airs sérieux bien sûr, mais aussi ses compositions religieuses, toutes destinées aux Ténèbres (deux cycles complets de leçons et un Miserere), témoigne à la fois de cet art et de cette porosité.