Promotions

Lettre d'informations

Labels

Nouveaux produits

COUPERIN & DEBUSSY Œuvres pour piano par Amandine Habib Agrandir l'image

COUPERIN & DEBUSSY Œuvres pour piano par Amandine Habib

MLSCD019

Nouveau produit

COUPERIN ET DEBUSSY, VOYAGE SUR LES ONDES DU RÊVE ET DE LA POÉSIE

Plus de détails

100 Produits

12,42 € TTC

Fiche technique

SupportCD

En savoir plus

« Il faudrait se dépouiller de tout, ne garder au beau milieu de soi qu’une

furieuse envie d’espace, de vrais désirs, de souvenirs à venir, de luminosité,

de plumes et de bras ouverts ».

 

Cette citation de Jacques Dor est l’illustration quasiparfaite de la

pensée d’Amandine Habib quand elle travaillait à cet enregistrement pour

le moins original, qui réunit des pièces de Couperin et Debussy. Deux siècles

séparent les deux compositeurs, mais l’intention de la pianiste, qui peut paraître

surprenante au premier abord, prend toute sa signification lorsqu’on

y regarde de plus près. Debussy avait décidé, en son temps, de dédicacer son

Cahier d’études pour les cinq doigts à Couperin ; sa passion pour Chopin

allait l’emporter et il biffait, sur sa copie, le nom du « grand baroqueux »

pour le remplacer par celui du maître du romantisme. Les deux compositeurs

français sont novateurs.

 

Couperin est le premier à se séparer du formalisme des danses qui

a cours à l’époque. Menuet, gavotte et autres : les références s’estompent,

même si les rythmes demeurent, pour laisser place à la poésie. Poésie et

onirisme sont à la base de l’oeuvre pour piano de Debussy, désireux de laisser

libre cours à l’imagination de ses interprètes et de ses auditeurs. Dans ses

Préludes, les pièces n’ont pas de titre en exergue. Il donne simplement

des pistes en écrivant « son » titre en fin de partition. Il laisse à ceux qui le

déchiffrent le soin de réimaginer le contenu de sa musique, ses images et

ses couleurs.

 

À deux siècles d’intervalle, Couperin et Debussy sont unis par cette

volonté de laisser vivre le mystère, la sensualité, l’onirisme. Ils adoptent

comme ligne maîtresse la volonté de rompre avec le poids des

habitudes de leurs siècles pour illuminer de légèreté et de couleurs des

compositions qui ouvrent la boîte des rêves. Le tout avec une extrême technicité

qui réclame de la part des interprètes un investissement de tous les instants.

 

Michel EGEA