Lettre d'informations

Labels

Nouveaux produits

Pucinella / Ça Agrandir l'image

Pulcinella / Ça

BMC283

Nouveau produit

Pucinella, c’est :

Florian Demonsant : accordéon, orgue Elka

Ferdinand Doumerc : saxophones, flûte

Jean-Marc Serpin : contrebasse

Pierre Pollet : batterie, percussions

Plus de détails

100 Produits

12,42 € TTC

Fiche technique

SupportCD

En savoir plus

1 – Salut ça va ?

2 – Ici hélas

3 – L’ivresse des profondeurs

4 – Chaleur

5 – Ta mère te regarde

6 – Qu’est-ce qu’on attend ?

7 – Première séance

8 – La cachette

9 – J’ai caressé le chien du douanier

10 – Liquide

Dans un ouvrage passionnant baptisé Le zen dans l’art de l’écriture, Ray Bradbury (l’auteur de Fahrenheit 451 et des Chroniques martiennes) donnait trois conseils aux apprentis écrivains : Travail, Relaxation, Ne Pas Réfléchir. Avec Ça, j’ai le sentiment que les Pulcinella ont exactement accompli cette sainte trinité : à force de travail depuis leurs débuts en 2004, ils peuvent à présent tranquillement se laisser aller. Jusque dans les titres des morceaux. « J’ai caressé le chien du douanier », c’est presque un haïku dans lequel on peut tout imaginer. Ça ressemble à un rêve à forte symbolique – un ça qu’on raconte en étant sûr qu’il va révéler un truc de bizarre. Ça ressemble à quelque chose de doux et de dangereux à la fois. Ça ressemble à un tabou qu’on a brisé. Ça ressemble vraiment à ce sixième album de Pulcinella qui n’a que faire des douaniers qui contrôlent les frontières entre les genres, les styles, les esthétiques. Non, les gars ont du chien et peuvent caresser, aboyer et lézarder dans un même geste.

Mathieu Durand