Promotions

Lettre d'informations

Labels

Nouveaux produits

Franz Liszt (1811-1886) Via Crucis / Chœur de la Maîtrise de Notre-Dame de Paris Nicole Corti Agrandir l'image

Franz Liszt (1811-1886) Via Crucis / Chœur de la Maîtrise de Notre-Dame de Paris Nicole Corti

CAL1965

Nouveau produit

Vexilla Regis (grégorien)

Via Crucis

Ave verum corpus Christi

 

Chœur de la Maîtrise de Notre-Dame de Paris

David Selig, piano

Nicole Corti

Plus de détails

198 Produits

11,58 € TTC

Fiche technique

SupportCD

En savoir plus

Les trois œuvres rassemblées sur cet enregistrement sont profondément religieuses et touchent aux domaines les plus sacrés de la foi, car elles sont centrées sur le Christ lui-même et sur le symoble de la Croix. L’hymne grégorienne Vexilla Regis et chantée pendant le temps de la Passion. Liszt devait reprendre cette mélodie en 1864 en la développant dans une composition pour piano ou pour orchestre.

La Via crucis est une œuvre de la vieillesse de Liszt, pour un effectif comprenant un chœur mixte, des solites et un orgue (ou piano) qui retrace les quatorze Stations de la Croix précédées d’une introduction. Liszt recourt aussi bien à la mélopée grégorienne qu’au choral protestant ou encore qu’à son langage personnel. Il en résulte une varité très séduisante, bien qu’hétérogène. La simplicité dépouillée mais émouvante de la Via Crucis est annoncée dès l’introduction.

Liszt y reperend le texte du Vexilla Regis du morceau précédent mais en le pourvoyant d’une mélodie personnelle d’une grand sobriété. Ce sont surtout les sections purement instrumentale, qui, musicalement, s’avèrent les plus audacieuses et par là-même les plus originales.

Liszt n’eut jamais l’heur d’entendre de son vivant cette œuvre poignante. Elle était alors considérée comme par trop déroutante et ne fut créée que bien après sa mort, et ne fut publiée la première fois qu’en 1936.

L’Ave verum corpus pour chœur mixte et piano (ad libitum) a été composé en 1871. Empreinte d’une beauté calme, d’une grande dignité et d’une religiosité tout intériosiée, cette œuvre apporte, pour conclure, une note d’apaisement et de sérénité.