Promotions

Lettre d'informations

Labels

Nouveaux produits

Daniel Erdmann’s Velvet Revolution Agrandir l'image

Daniel Erdmann’s Velvet Revolution

BMC239

Nouveau produit

A Short moment of Zero G

Plus de détails

23 Produits

12,42 € TTC

En savoir plus

Daniel Erdmann, très actif comme membre et co-leader de nombreux groupes, a trouvé les musiciens parfaits pour réaliser le son qu’il
 voulait, celui qu’il entendait à l’intérieur. Presque dix ans après Erdmann 3000, Velvet Revolution est à nouveau un groupe tout entier dévoué à l’inspiration du saxophoniste ténor et compositeur, mais qui laisse de la place pour tous les musiciens. C’est une musique de la liberté – la liberté de l’improvisation par rapport à la composition, la liberté de sentir, de penser, de vouloir. Ce qui d’abord interpelle et entraîne est la force de l’expression, la proximité de la parole, du récit, de la rhapsodie. Les pièces de Daniel Erdmann sont compactes, parfois complexes, mais formellement accessibles aux musiciens. Les thèmes – dans la musique comme au sens intellectuel – font le cadre. Daniel Erdmann revendique la mélodie ; et ceci est souvent beaucoup plus difficile que de sa cacher derrière une exégèse parce que les idées et les récits se doivent d’être forts. Il les tisse dans le maillage des voix avec violon ou alto et vibraphone – une constellation en trio qui permet de diviser, entrelacer ou densifier les fonctions rythmiques ou harmoniques. Theo Ceccaldi apporte un peu de la grande tradition française des cordes, son rapport au jazz et quelque chose de très contemporain. Il peut se perdre dans l´interprétation mélodique mais aussi jouer dans l´abstraction et endosser un rôle percussif. Daniel Erdmann connaît Jim Hart de ses visites à Londres où le vibraphoniste, qui vit maintenant à Colmar, a été l’un des fondateurs du Loop Collective. Avec ses sons brillants, le vibraphone amplifie la magie du côté « musique de chambre » du trio. Jim Hart, qui est aussi batteur, apporte précisément ses compétences rythmiques qui permettent de se passer, brillamment, d’un batteur. Le fait que le trio soit
 « international » – comme tant d’ensembles dans lesquels Daniel Erdmann est actif, est symbolique. Il n´y a pas d’intention de proclamer quoi que soit, mais la réalité quotidienne et les valeurs de ce type de jazz européen font de plus en plus tomber les distances et les frontières. Daniel Erdmann’s Velvet Revolution n’a aucun dessein illustratif mais contient néanmoins un certain nombre d’allusions. La musique puise dans la confrontation avec la réalité et jaillit de l’imagination. Il y a du poétique et du littéraire, du pictural et de l´abstrait. Il n’est pas
 nécessaire de connaître le sens des titres de chaque morceau parce que la musique parle d’elle-même. Extrait du texte de livret par Bert Noglik