Lettre d'informations

Labels

Vaïno Raitio (1891-1945) Œuvres pour piano / Jean Dubé Agrandir l'image

Vaïno Raitio (1891-1945) Œuvres pour piano / Jean Dubé

SYR141491

Nouveau produit

Œuvres pour piano

Jean Dubé, piano

Plus de détails

14 Produits

16,50 € TTC

Fiche technique

SupportCD

En savoir plus

Toccata g moll, opus 1                         5’13’’

Andante                                                   5’15’’

Danse macabre                                    2’11’’

Barcarole, opus 4 n° 1                            2’59’’

Pastorale, opus 4 n° 2                             2’27’’

Idylle, opus 4 n° 3                                     3’25’’

Nokturni, Opus 4 n° 4                            4’39’’

Balladi, Opus 8 n° 1                                 4’15’’

Valoisa yö (Nuit boréale) Op. 8 n° 2     4’37’’

Vedenneito soittaa

(La Naïade qui joue) Opus 8 n° 5             5’41’’

Fata morgana, Opus 12 n° 1               2’26’’

Etydi (Etude) Opus 12 n° 2                     2’22’’

Prélude, Opus 14 n° 3                             2’20’’

Andante maestoso, Opus 14 n° 4       2’20’’

Kaislojen laulu

(Chanson des roseaux) Opus 12 n° 3         5’51’’

Haavan lehdet, Opus 22 n° 1               1’35’’

Punahattaroita, Opus 22 n° 2             3’17’’

Kellastunut koivu, Opus 22 n° 3       3’43’’

Auringonsavua, Opus 22 n° 4             2’49’’

Pilven Varjo, Opus 26 n° 1                   2’09’’

(œuvre inachevée)

 

 

Jean Dubé, piano

Väinö Raitio est né le 15 avril 1891 à Sortavala, à l’est de la Finlande. Son père, Kosti Raitio (1855-1924), était maître assistant en langue et littérature finlandaises et un fan des arts et de la culture finlandaises. Sa mère Elli, née Eriksson (1860-1954) était pianiste et professeur de piano. Raitio avait huit ans quand sa mère lui a enseigné le piano. Il se souvient de son envie de l’apprendre: «J’était tellement enthousiaste que je l’ai suivie partout dans la maison en pleurant et en la suppliant de me donner une leçon quand elle ne pouvait pas me la donner au moment prévu. Nous étions onze enfants à la maison et parce que presque tout le monde jouait, le piano n’était pas toujours à ma disposition. Lorsque j’étais à l’école secondaire, je me rappelle en train de faire des allées et venues au salon tout en relisant mes devoirs d’école, pour que je puisse être prêt lorsque le piano serait disponible» Raitio a fait des progrès rapides en tant que pianiste; il avait l’intention de devenir pianiste professionnel et a continué à se concentrer davantage à la musique plutôt qu’à son travail scolaire. Peu à peu il a commencé à s’intéresser à la composition et après avoir échoué à son examen de mathématiques au baccalauréat, il a obtenu la permission paternelle de déménager à Helsinki où il a commencé à étudier à l’Institut de Musique d’Helsinki (aujourd’hui l’académie Sibelius). Il y a reçu une formation complète et diversifiée en tant que compositeur et a étudié auprès d’Erkki Melartin (1875-1937) et Erik Furuhjelm (1883-1964) de 1911 à 1915. Le programme de l’Institut était remarquablement complet dans ces années 1910 et Melartin en particulier était connu pour avoir été un professeur d’une très grande culture. Raitio a eu aussi l’opportunité d’assister à un grand nombre de concerts avec orchestre. Suite à des manœuvres politiques, il y avait deux orchestres symphoniques en concurrence à Helsinki en 1912-1914. Bien que le répertoire de ces orchestres soit centré principalement sur Sibelius et Beethoven, il était possible d’y écouter à cette époque des œuvres de compositeurs tels que Scriabine et Debussy