Promotions

Lettre d'informations

Labels

Nouveaux produits

ENRIQUE SORO (1884-1954) Agrandir l'image

ENRIQUE SORO (1884-1954)

CL18141

Nouveau produit

Les 2 sonates pour violon et piano

Jérôme Simon, violon

Charles Lavaud, piano

Premier enregistrement de ces oeuvres

Plus de détails

14 Produits

13,25 € TTC

Fiche technique

SupportCD

En savoir plus

Enrique Soro Barriga (1884-1954) est né à Concepción, une ville du sud du Chili, où il reçoit les premières leçons de musique de son père Giuseppe, musicien italien vivant au Chili depuis 1870. La précocité et le talent du jeune Soro (son premier travail date de 1890 et son surnom à l’école primaire était «petit Chopin») convainc sa mère Pilar de mener à bien les actions nécessaires pour obtenir une bourse du gouvernement chilien pour étudier en Europe. Finalement, après un long processus, il a voyagé en Italie au début de 1898, et après avoir passé les tests d’admission, il s’est inscrit au Conservatoire de Milan, où son père a étudié. Là, Soro atteint une telle notoriété et un tel niveau d’excellence qu’en 1904, il reçoit le Grand Prix du meilleur élève de sa génération après l’obtention de son diplôme. Il retourne au Chili en 1905 avec plus de 60 œuvres de sa paternité. Entré au Conservatoire National de Musique de Santiago en tant que professeur, il devient le directeur en 1919. Grâce à son activité inlassable, il collabore à la création d’un environnement musical enrichissant et fructueux. Lors de son premier voyage à New York (1915-1916) pour diriger son «Hymne au 1er Congrès scientifique panaméricain», il interprète sa musique dans différents lieux, dont le Carnegie Hall où il donne un concert. Il prend également contact avec l’éditeur G. Schirmer, qui, entre 1917 et 1938, publie régulièrement sa musique, permettant à son travail d’être connu dans différentes parties du monde. Il enregistre même ses œuvres pour les pianos d’Aeolian & Co.. En 1922-1923, lors de son deuxième voyage en Europe, il rencontre de célèbres musiciens européens (Casals, Busoni, Paderewski, Rubinstein, Mascagni, Massenet et autres) et fait des arrangements pour que l’Orchestre Philharmonique de Berlin exécute trois de ses plus importantes œuvres symphoniques. Tout au long de sa vie musicale, il crée plus de 200 œuvres pour piano solo et une trentaine d’œuvres pour musique de chambre, dont deux sonates pour violon et piano, une pour violoncelle et piano, deux suites pour deux pianos, un trio, plusieurs quatuors, un quintette et un sextet, ainsi que plusieurs compositions pour petit orchestre. En outre, Soro a composé des œuvres pour voix et piano, et de la musique chorale, y compris plus de 10 hymnes. Sa production symphonique comprend une vingtaine d’œuvres, parmi lesquelles se distinguent le «concerto en Ré Majeur pour piano et orchestre» (1918), la «Suite Sinfonique n°2» (1919), la «Symphonie romantique en la majeur» (1921), la «Dansa Fantastique» (1928) et les «Trois Airs Chiliens» (1942). En 1948, il a reçu le National Art Award dans la catégorie musique. En 1954, il est décédé subitement des complications de la chirurgie à Santiago, au Chili. Sans aucun doute, avec sa mort, le Chili a perdu l’un de ses piliers fondamentaux dans la musique classique, dont le travail a eu un impact à la fois sur l’histoire et le développement de la musique chilienne ainsi que sur la formation des nouveaux artistes.