Lettre d'informations

Labels

Nouveaux produits

Femmes compositrices par Adalberto Maria Riva, piano Agrandir l'image

Femmes compositrices par Adalberto Maria Riva, piano

VEL1526

Nouveau produit

Martines, Szymanovska, Hünerwadel, Cambiasi, Schumann,  Tailleferre, Chaminade, Anselmi, Beach

Le dénominateur commun des œuvres données dans le présent CD est qu’elles ont été composées pour le piano par des femmes, au 19 ème siècle surtout, dans différents pays européens.

Plus de détails

10 Produits

9,92 € TTC

Fiche technique

SupportCD

En savoir plus

Marianne  Martines (1744-1812)

Sonate en la Majeur

Maria Szymanovska (1789-1831)

Nocturne

Fanny Hünerwadel (1826-1854)

Introdcution, variations et rondo

Cirilla Bianca Cambiasi (1810-1883)

Variazoni

Clara Schumann (1819-1896)

3 Romances op.21

Germaine Tailleferre (1892-1983)

Romance en la Majeur

Cécile Chaminade (1857-1944)

Deuxième Arabesque op.92

Lucia Contini Anselmi (1876-1913)

Sibylla Cumeae op.15

Amy Beach (1867-1944)

2 Pièces op. 54 (Légende écossaise, Gavotte fantastique)

Le dénominateur commun des œuvres données dans le présent CD est qu’elles ont été composées pour le piano par des femmes, au 19 ème siècle surtout, dans différents pays européens.

La sélection proposée donne ainsi un tour d’horizon de la musique pour piano du monde occidental, de la sonate viennoise des années 1760 à deux pièces de forme libre écrite par des artistes à la fois compositrices et interprètes.

Depuis le 18ème siècle, les stéréotypes de genre tendent à confimer la femme à son foyer et à lui conférer un rôle statique de représentation. La bourgeoisie idéale est immobile, y compris en musique. Ces dogmes ont freiné les carrières des musiciennes pusique se déplacer est une nécessité du métier. Ils ont aussi restreint le choix des instruments. L’instrument à clavier est devenu le partenaire privilégié de la femme bourgeoiise.

En dépit des convenances, les femmes ont rapidement investi les scènes de concert au cours du 19ème. Adulées du public, elles ont néanmoins eu à affronter la critique musiclae et la critique sociale. En 1892, le pianiste et compostieur russe Anton Rubinstein disait dans un entretien en 1892 : « Linvasion des femmes dans l’art musicla tant sur les instruments que dans la composition date de la seconde moitié de notre siècle [le 19e] ; j’estime que cette invasion contribue au déclin de notre art ».