Promotions

Lettre d'informations

Labels

Nouveaux produits

Ludwig van Beethoven (1770-1827) Concerto pour violon / Léo Marillier Agrandir l'image

Ludwig van Beethoven (1770-1827) Concerto pour violon / Léo Marillier

VEL1529

Nouveau produit

Concerto pour violon

Canons (transcriptions pour violon seul de L. Marillier)

Missa Solemnis op. 123, Benedictus (arrangement pour violon seul)

Rondo alla ingharese quasi un capriccio “Rage pour un sou perdu” op. 129 (arrangement pour violon seul)

 

 

Léo Marillier, violon

Orchestre A-letheia

Jacob Bass

Plus de détails

74 Produits

9,92 € TTC

Fiche technique

SupportCD

En savoir plus

Explorant les avancées techniques de la lutherie, Beethoven offre au violon à travers ce concerto une œuvre immense, visionnaire au point... de n’avoir pas été jouée dans sa version d’origine à sa création le 23 décembre 1806 à Vienne, ni depuis lors. En effet, une lecture du manuscrit d’origine révèle une grande quantité de changements et de facilitations pour la partie de solo. C’est une sorte d’analyse géologique des manuscrits et éditions successives du concerto que j’ai conduite au Royal Conservatory de La et c’est donc vers une version en quelque sorte «unifiée» du concerto à laquelle j’ai abouti.

 

Comment expliquer l’histoire mouvementée du concerto? Tout d’abord, les circonstances de création. Composé en deux semaines, le concerto a été remis au dernier moment à Franz Clément, son premier interprète, qui a donc déchiffré sur scène certaines parties de l’œuvre. Violoniste prodige, celui-ci est un ami de Beethoven et il a commandé à ce dernier le concerto mais il “retaille” l’œuvre afi n qu’elle rentre dans ses mains pour la création. Beethoven, déçu par le résultat, change le dédicataire mais laisse le contrôle de l’édition de l’œuvre à Franz Clément en 1809. Le manuscrit regorge de suggestions d’interprétation, d’ornementation, de passages biffés, de telle manière qu’il y a par moment quatre possibilités pour le soliste! Les modifications témoignent de la coexistence de deux graphies et cela démontre que l’interprète pouvait apporter une contribution directe à un concerto. Cependant, dans le manuscrit, figurent des indications qui sont de simples facilitations du texte pensé par Beethoven – simplifications suggérées par Clément ou envisagées par Beethoven lui-même, réalisant après un premier jet les limites de l’instrument pour lequel il écrit. L’une des pièces manquantes parmi ces sources est la partition que Beethoven aurait envoyée à son éditeur avant que Clément ne prenne en main l’édition d’après l’exécution qu’il en a donnée en 1806.

Aucune des éditions de l’œuvre en tous cas ne présente la partie de soliste telle que Beethoven l’a conçue