Lettre d'informations

Labels

Nouveaux produits

Antonio Vivaldi (1678-1741) Concerti da Camera / Vincent Bernhardt Agrandir l'image

Antonio Vivaldi (1678-1741) Concerti da Camera / Vincent Bernhardt

CAL1852

Nouveau produit

Concerto RV99

Concerto RV108

Concerto RV88

Concerto RV104

Concerto RV94

Concerto RV96

Concerto RV107

 

Il Delirio Fantastico

Vincent Bernhardt

Plus de détails

111 Produits

13,75 € TTC

Fiche technique

SupportCD

En savoir plus

Les Concerti da Camera constituent un cas unique dans le panorama de la musique italienne de la première moitié du XVIIIe siècle : Vivaldi est en effet le seul musicien de cette époque à adopter le style et le langage concertants sous une forme chambriste. Le terme de « Concerto da camera », employé pour distinguer ces œuvres de celles faisant appel à un groupe de cordes pour former le ripieno, n’est d’ailleurs pas utilisé par Vivaldi lui-même, qui les nomme tout simplement « concertos » bien qu’elles ne fassent appel qu’à des instruments solistes (hormis le continuo) et se différencient ainsi des autres concertos de l’époque par l’originalité de leur instrumentation. Les œuvres titrées « Concerti da camera » ne sont cependant pas rares dans l’Italie baroque, mais sont soit des pièces de musique de chambre n’adoptant pas l’écriture concertante, soit des concertos sur le modèle corellien faisant appel à un tutti orchestral – le terme « da camera » se référant au style et non à l’instrumentation. Ils relèvent donc d’un genre différent de celui qui nous occupe, et s’opposent, par leur forme issue de la suite de danses, au « Concerto da chiesa » qui lui est basé sur l’alternance de mouvements lents et rapides.

Parmi les 21 Concerti da camera du catalogue vivaldien – dont deux sont d’authenticité douteuse –, les instruments à vent (flûte, hautbois et basson) dominent largement. Le violon n’est pas en reste, et apparaît comme soliste ou en tant qu’accompagnateur dans presque toutes ces œuvres. La variété des textures, la virtuosité des différentes parties et l’interchangeabilité des rôles des instruments (mélodie, accompagnement, contrechant...) en font à la fois d’authentiques pièces de musique de chambre et de véritables concertos, collant de près à la forme de ce genre et adoptant parfaitement le langage concertant.