Promotions

Lettre d'informations

Labels

Nouveaux produits

L.V. BEETHOVEN Concerto n°4 en sol Majeur op.58 version de chambre pour piano et quintette à cordes Agrandir l'image

L.V. BEETHOVEN Concerto n°4 en sol Majeur op.58 version de chambre pour piano et quintette à cordes

CL17133

Nouveau produit

Concerto n°4 en sol Majeur op.58 version de chambre pour piano et quintette à cordes

Quatuor avec piano op.16

 

Stéphanos Thomopoulos, piano

Quatuor Varèse

Plus de détails

1 Article

Attention : dernières pièces disponibles !

12,42 € TTC

Fiche technique

SupportCD

En savoir plus

Découverte et reconstruite à partir de sources originales par Hans-Werner Küthen. Jusqu’à présent inconnu, la découverte du Concerto n°4 dans sa version de chambre a permis de résoudre une vieille énigme. Elle remonte à la fin du printemps 1807, peu après la création de la version originale de l’oeuvre, lors d’une représentation au palais viennois du prince Franz Joseph Maximilian Lobkovicz, mécène et bienfaiteur de Beethoven. C’est probablement sur ordre de celui-ci, dont la bibliothèque musicale reflète une passion pour les quintettes à cordes, que la partition pour orchestre a été remplacée et réduite à deux violons, deux altos et un violoncelle, afin de permettre au prince d’exécuter lui-même les passages au violon. Cette «traduction», telle que Beethoven la nommait, réservée aux représentations musicales des chapelles princières, fait partie de ces oeuvres précieuses ayant été privées d’un large public. Elle n’a ainsi jamais été imprimée, puisqu’elle n’était pas destinée à la publication, et nous n’en disposons donc que de sources manuscrites. C’est Beethoven lui-même qui prit soin de satisfaire la demande de Lobkovicz. Il confia la transcription de l’accompagnement orchestral à Franz Alexander Pössinger (1767-1827), arrangeur viennois de renom, premier violon de l’orchestre de la cour, tandis qu’il révisa, lui, 131 mesures exigeant la plus grande virtuosité. 80 points de changement des plus techniques ont alors été adaptés à la transparence que demande la musique de chambre, sans pour autant occulter la structure de la version originale