Lettre d'informations

Labels

Nouveaux produits

Frédéric Chopin (1810-1849) Œuvres pour piano / Philippe Guilhon-Herbert, piano Agrandir l'image

Frédéric Chopin (1810-1849) Œuvres pour piano / Philippe Guilhon-Herbert, piano

CAL1854

Nouveau produit

Etude op.10 n°1

Polonaise op.26

Ballade n°3 op.47

Impromptu n°2 op.36

Fantaisie op.49

Nocturne op.55 n°2

Nocturne op.48 n°2

Poloniase op.53 « Héroïque »

Polonaie-fantaisie op.61

Plus de détails

224 Produits

13,75 € TTC

Fiche technique

SupportCD

En savoir plus

Philippe Guilhon-Herbert a étudié le piano et la musique de chambre au Conservatoire national supérieur de Paris, et à la haute-école de musique de Karlsruhe en Allemagne. Il a eu entre autres maîtres Michel Béroff, Aldo Ciccolini, Jean-Claude Pennetier.

Lauréat du concours de musique contemporaine d’Orléans, créateur d’œuvres de Michael Levinas ou de Jonathan Harvey, son répertoire de prédiction comprend également les œuvres de compositeurs des xixe et xxe siècle. Parmi la dizaine d’albums enregistrés à ce jour, figurent la musique d’opéra russophile, celles de Reynaldo Hahn, d’Albéric Magnard ou de Schubert.

Son dernier album est consacré à des pièces de Frédéric Chopin, pas les valses, les études, les mazurkas ou les polonaises, mais un choix varié pour soixante-quinze minutes attrayantes, ménageant variété et cohérence du récital, d’un compositeur qu’il fréquente sur scène, notamment dans ses deux concertos, ou sur cédé (Liszt et Chopin, Artalinna 2014).

 

Philippe Guilhon-Herbert a étudié le piano et la musique de chambre au Conservatoire national supérieur de Paris, et à la haute-école de musique de Karlsruhe en Allemagne. Il a eu entre autres maîtres Michel Béroff, Aldo Ciccolini, Jean-Claude Pennetier.

Lauréat du concours de musique contemporaine d’Orléans, créateur d’œuvres de Michael Levinas ou de Jonathan Harvey, son répertoire de prédiction comprend également les œuvres de compositeurs des xixe et xxe siècle. Parmi la dizaine d’albums enregistrés à ce jour, figurent la musique d’opéra russophile, celles de Reynaldo Hahn, d’Albéric Magnard ou de Schubert.

Son dernier album est consacré à des pièces de Frédéric Chopin, pas les valses, les études, les mazurkas ou les polonaises, mais un choix varié pour soixante-quinze minutes attrayantes, ménageant variété et cohérence du récital, d’un compositeur qu’il fréquente sur scène, notamment dans ses deux concertos, ou sur cédé (Liszt et Chopin, Artalinna 2014).

Jean-Marc Warszawski – Musicologie.org