Promotions

Lettre d'informations

Labels

Nouveaux produits

Brahms : The go between, œuvres pour piano / William Grant Naboré, piano Agrandir l'image

Brahms : The go between, œuvres pour piano / William Grant Naboré, piano

AP2381

Nouveau produit

Scherzo, Op. 4
Variations sur un thème de Robert Schumann, Op. 9
6 Klavierstücke, Op. 118

William Grant Naboré, piano

Plus de détails

15 Produits

12,42 € TTC

Fiche technique

SupportCD

En savoir plus

Le pianiste et pédagogue William Grant Naboré est né à Roanoke en Virginie, et a étudié dans ses premières années avec Kathleen Kelly Coxe puis l’éminente musicologue Anne McClenney au Hollins College. Il a reçu une bourse du gouvernement italien pour étudier à la très renommée Academia di Santa Cecilia de Rome, avec Carlo Zecchi, élève de Busoni et Schnabel, et Renata Borgatti. Il y obtient son Master avec mention; puis remporte le Premier Prix de virtuosité ainsi que le Prix Paderewski du Conservatoire de Genève. Il a aussi étudié en Angleterre avec Denise Lassimonne, la fille adoptive et assistante de Tobias Matthay. Il poursuit ensuite ses études avec Alicia de Larrocha, Rudolf Serkin,
George Szell ainsi que Pierre Fournier pour la musique de chambre. Il a joué dans le monde entier avec d’importants orchestres - dans des lieux les plus prestigieux - et s’est produit par ailleurs en musique de chambre avec des ensembles tels que les Quatuors Amadeus, Talich ou Gabrieli.
D’une érudition et d’une compétence musicales exceptionnelles, il est depuis de nombreuses années l’un des pédagogues les plus respectés et renommés dans le domaine du piano, et a formé quelques-uns des meilleurs pianistes de la nouvelle génération, qu'il accompagne volontiers dans l'élaboration et la réalisation de projets artistiques sur son label Academy Productions, ou sur Artalinna. Il donne aussi des masterclasses dans le monde entier et a été le directeur et fondateur, en 1993, de la Fondation internationale de piano «Theo Lieven »; et en 2002, il crée, avec Martha Argerich comme «Président honoraire», l’Académie Internationale de Piano du Lac de Côme, sur les rives du lac du même nom. En 2017, il a reçu le Prix Vendôme de la Fondation Orpheus en Suisse pour sa contribution remarquable dans «la découverte, l’accompagnement artistique et la promotion de
jeunes talents exceptionnels». Sa discographie, raffinée, est large et éclectique.

L'AVIS D'ARTAMAG

L’album refermé, j’en ouvre un autre par le même, mais plus récent : programme tout Brahms autour de Clara Schumann, de la jeunesse au crépuscule. Commençons par la fin : l’Opus 118 qui lui est dédié. Des paysages ? Des confidences, amoroso, délirantes, ténébreuses, où passe dès les phrasés si particuliers, suspendus, chantournés comme pour un Carnaval schumanien, tout un monde de souvenirs : Clara était dans sa soixante-quatorzième année, elle a du se les jouer. Sans y paraître, William Grant Naboré les brode d’une infinie tendresse, pas si loin que cela du geste éloquent mais surtout touchant qu’y déploya toujours Radu Lupu.Le disque s’ouvre par un Scherzo Op. 4 fouetté comme du Liszt, mais le cœur du disque atteint à l’ineffable : les Variations sur un thème de Robert Schumann, tombeau secret écrit alors que l’auteur des Papillons était interné, mais aussi billets d’amour, envoyés variation par variation à Clara. Naboré les joue comme un rébus, si conscient de l’harmonie, si certains de leurs ombres, y incarnant comme des repentirs en musique.
Quel pianiste, quel artiste ! -

Jean-Charles Hoffelé