Promotions

Lettre d'informations

Labels

Nouveaux produits

Le violon de Madame Adélaïde / Guignon, Mathieu, Dauvergne par l'Ensemble Quentin le Jeune Agrandir l'image

Le violon de Madame Adélaïde / Guignon, Mathieu, Dauvergne par l'Ensemble Quentin le Jeune

CAL1748

Nouveau produit

Jean Pierre Guignon : Sonate n° 3 Œuvre IV

Julien Amable Mathieu : Trio n° 3 Œuvre II

Antoine Dauvergne : Sonate n° 4 Œuvre I

Julien Amable Mathieu : Trio n° 6 Œuvre II

Antoine Dauvergne : Sonate n° 6 Œuvre I

Jean Pierre Guignon : Sonate n° 5 Œuvre IV

 

Ensemble Quentin le Jeune

Plus de détails

124 Produits

13,75 € TTC

Fiche technique

SupportCD

En savoir plus

Voués à faire revivre l’immense répertoire des pièces en trio de l’époque baroque, ces musiciens amoureux de la musique française découvrent les œuvres du talentueux Jean-Baptiste QUENTIN, dit « QUENTIN le jeune » dont ils adoptent le nom. Ils choisissent ainsi de défendre la brillante école de violon à laquelle ce compositeur appartint aux côtés de Guignon, Guillemain, Mondonville ou encore Leclair, sans délaisser toutefois le répertoire baroque italien à la virtuosité souvent flamboyante.   Interprète de musique ancienne, l’Ensemble QUENTIN le jeune souhaite sensibiliser les publics d’aujourd’hui à ce répertoire souvent méconnu. Leurs disques comme leurs concerts soulignent l’inscription de ce répertoire dans l’histoire d’un territoire, en particulier de celui de l’actuelle région Île de France. Leur action est soutenue par la ville de MEUDON, les conseils départementaux des Hauts de Seine et des Yvelines.

Après avoir ravivé, dans « Le salon de Madame de Pompadour », le souvenir du mécénat musical de premier plan de la Marquise, l’Ensemble QUENTIN le jeune dressera le portrait musical de femmes d’exception : Mesdames Adélaïde et Victoire. Avec ce disque réunissant Antoine Dauvergne, leur professeur de composition, Jean-Pierre Guignon leur maître de violon et Julien-Amable Mathieu qui leur dédicaça ses pièces en trio, l’Ensemble QUENTIN le jeune nous introduit dans le salon de ces musiciennes accomplies que furent Mesdames de France, tour-à-tour auditrices passionnées, interprètes aguerries et mécènes attentives.