Lettre d'informations

Labels

FRANZ SCHUBERT (1797-1828) Le voyage d’hiver / Jasper Schweppe Agrandir l'image

FRANZ SCHUBERT (1797-1828) Le voyage d’hiver / Jasper Schweppe

KTC1534

Nouveau produit

Le voyage d’hiver

 

Jasper Schweppe, baryton

Riko Fukuda,  pianoforte Conrad Graf 1828

Plus de détails

5 Produits

16,50 € TTC

Fiche technique

SupportCD

En savoir plus

La grande difficulté pour l'interprète du ''Voyage d'Hiver'' est la faculté à s'approprier les deux parties du cycle. Si la première (lieder 1 à 12) évoque la narration d'un voyage faisant suite à ''La Belle Meunière'', la seconde (lieder 13 à 24) narre le désespoir, les amours déçus, la mort de l'âme. Jasper Schweppe pose les conditions d'un ''Voyage'' plein d'espoir (Gute Nacht), rayonnant dans un camaïeu d'une belle clarté, secondé par un accompagnement d'une grande souplesse. Lumière d'un souvenir heureux (Der Lindenbaum) où la voix portée par des inflexions fluides nous conduist vers de grands espaces. Tout autre est l'ambiance de la seconde partie (Die Post), le lettre attendue ne viendra pas, l'espoir se dissipe, l'âme est morte. Jasper Schweppe nous plonge dans le désespoir, la voix prend des couleurs ternes, les graves se voilent (Der greise Kopf), devient ironique (Die Krähe). Lors de la rencontre avec la mort (Der Leiermann), la voix s’obscurcit, le souffle devient volontairement court, les aiguës détimbrés. Point d'espoir pour ce voyageur désabusé. Tel est le chemin choisi par Jasper Schweppe, et son accompagnateur Riko Fukuda qui, sur son magnifique 'Conrad de 1830', chante, vibre, souligne chaque inflexion de la voix, fait corps avec le chant. B.N.