Promotions

Lettre d'informations

Labels

Nouveaux produits

Anja Thauer, violoncelle Agrandir l'image

Anja Thauer, violoncelle

ELQ4822181

Nouveau produit

DVORAK/REGER/FRANCAIX

Plus de détails

1 Article

Attention : dernières pièces disponibles !

14,00 € TTC

Fiche technique

SupportCD

En savoir plus

ANTONÍN DVOŘÁK (1841-1904)

Concerto pour violoncelle, Op. 104                                                                                                 

Anja Thauer, violoncelle

Czech Philharmonic Orchestra, Zdeněk Mácal

 

MAX REGER

Suite pour violoncelle seul, Op. 131c No. 3                                                                                         

JEAN FRANÇAIX

Fantaisie pour violoncelle et piano                                                                                                       

Anja Thauer, violoncelle

Jean Françaix, piano

Cette magnifique jeune femme qui se suicida après la fin d’une liaison amoureuse à l’âge de 28 ans, n’eut le temps que de graver ces deux albums, une version étonnante du Concerto de D’Albert, avec Maria Bergman une Arpeggione désarmante de lyrisme et le Rondeau de Jean Françaix ayant paru précédemment chez un autre éditeur. Depuis, un label allemand indépendant a heureusement publié trois CD dévoilant ce premier disque et quelques enregistrements radiophoniques de cette violoncelliste géniale.

Dès son entrée dans le Dvořák, on entend ce tempérament de feu qui plie la phrase, la fait parler. Thauer n’aura jamais disposé d’un aussi bel instrument que ceux joués aujourd’hui par Johannes Moser ou Sebastian Klinger, mais elle fait littéralement le grand son de son violoncelle, le projette à force de technique et d’art, et quel art ! Accompagnée avec ferveur par Zdeněk Mácal, alors tout jeune trentenaire, et à la veille de son exil dicté par l’invasion soviétique qui allait survenir cinq mois après cet enregistrement, la violoncelliste allemande délivre ici son grand œuvre, porté par un Orchestre Philharmonique Tchèque conquis par son jeu épique.

Anja Thauer avait enregistré sur son premier microsillon le Rondeau de Jean Françaix. Celui-ci la tenait pour un génie et fut trop heureux d’enregistrer avec elle la Fantaisie qu’il avait écrite à l’intention de son partenaire attitré, Maurice Gendron. Cet archet plein d’esprit, ce piano aux timbres si subtils font un mariage détonant. Et entendre Anja Thauer seule animant la si profonde, si sentie Troisième Suite de Reger nous fait pleurer ces Suites de Bach qu’elle n’eut pas le temps d’envisager. Si vous aimez Jacqueline Du Pré, découvrez sans tarder sa petite sœur de l’autre coté du Rhin.

  Artamag'