Lettre d'informations

Labels

Nouveaux produits

Prix réduit ! MOZART/BACH/ Requiem, Cantates BWV 51 Agrandir l'image

MOZART/BACH/ Requiem, Cantate BWV 51

CAL1524

Nouveau produit

Mozart : Requiem

Bach : Cantate BWV 51

Barbara Schlick, Gisela Pohl,

Alexander Stevenson, Philip Langshaw

Choeur et Orchestre Paul Kuentz,

Paul Kuentz

 

Filmé le 25 jujn 1991 à Paris en l’église Saint-Etienne-du-Mont

Plus de détails

44 Produits

5,95 € TTC

-12,05 €

18,00 € TTC

Fiche technique

SupportDVD

En savoir plus

« Cet enregistrement est la reproduction d’un concert donné en la magnifique église Saint-Etienne-du-Mont à Paris. Sans aucun montage musical. Sur «instruments modernes», au diapason 440: je l’assume totalement. Le «chœur d’amateurs» que j’ai fondé en 1972 a donné plus de 1000 concerts et possède un répertoire conséquent. Je donne «au plus grand nombre» la possibilité d’aborder notre belle musique et en particulier la musique sacrée que je défends avec ardeur. Je remercie les remarquables et parfaits solistes qui chantent avec conviction cette version traditionnelle du Requiem complétée par Franz Xaver Süssmayer, l’ami de Mozart, que j’ai dirigé plus de 150 fois. Certains pourront s’étonner de mon interprétation des appogiatures selon les méthodes de Johann Joachim Quantz (1789) et de Léopold Mozart (1769), et l’enseignement de Marc Pincherle et Barbara Schlick; manière oubliée aujourd’hui dans nos conservatoires, et par certains «baroqueux».

-          Paul Kuentz

Peu d’œuvres ont suscité autant de commentaires, autant de légendes, enflammé autant d’imaginations que le Requiem de Mozart... Tour à tour, musicologues, écrivains, cinéastes s’en sont emparés pour révéler une certitude qui n’appartient finalement qu’à eux seuls. En fait, la rareté même des éléments sûrs n’est pas pour rien dans cette aura qui défie presque toutes les vérités et c’est ainsi que l’oeuvre en arrive à devenir un mystère sans cesse réinventé, sans cesse réincarné... Qu’elle soit la dernière œuvre du musicien - symbole s’il en est, comme s’il l’avait écrite pour lui... - : qu’elle soit demeurée inachevée, ajoute encore à son étrange auréole. Mozart ayant quitté la terre en emmenant dans la tombe les ultimes mesures à jamais évanouies... Mais il y a aussi ce fameux messager vêtu de noir, qui, aurait dit Musset, lui ressemblait comme un frère et dont l’allure mystérieuse, les rendez-vous nocturnes accentuent encore notre

inquiétude...